La flore vaginale

La flore vaginale désigne un ensemble de bactéries bénéfiques présentes dans la cavité vaginale, responsable de sa défense.

La première description de la flore vaginale et sa composition faite essentiellement des « lactobacilles vaginalis » a été faite il y a 100 par le médecin allemand Döderlein qui a identifié ces lactobacilles comme la source de l'acide lactique présent dans le vagin. Ces lactobacilles (même famille des bactéries présentes dans les yogourts.) secrètent l’acide lactique et l’eau hydrogénée H2O2 ( son nom scientifique est hydrogène peroxyde), deux puissants agents capables d’empêcher les autres germes de coloniser la cavité vaginale. L‘acide lactique est responsable du PH acide du vagin. La vaginite arrive à partir de PH égale à 4,5 ( témoin de perturbation de la flore vaginale).

L’hydrogène peroxydase détruit aussi le HIV in vitro (Lebanoff 1991). D’autres essais cliniques ont établies que les lactobacilles et l’H2O2 sont capables de réduire la transmission de l’ HIV ( Cohen 1998, Taha 1998.)


Troubles de la flore vaginale :

Les troubles de cette flore se traduisent toujours par une vaginite, la perte de défense naturelle du vagin favorise les infections bactériennes ( vaginite bactérienne) ou mycosiques ( mycose vaginale)

Il existe de nombreux facteurs :

  • usage de antibiotiques
  • troubles hormonaux ( ménopause, déficit hormonal)
  • contraceptions
  • diabète
  • maladies de la muqueuse vaginale
  • produits d’hygiène

Source : http://www.pathol08.com/louportail/portail/NPD/article.php?sid=624